Temoignage d'un responsable de structure d'acceuil de volontaires nationaux

05 Mar 2017
442 fois

 

temoignageunredi

Je suis Souleymane OUATTARA, Directeur Général du Centre de Formation Professionnelle Industrielle de Bobo Dioulasso (CFPIB).Le CFPIB intervient dans la formation initiale, dans la formation continue et dans la fabrication des pièces de rechanges Ma structure bénéficie de cinq volontaires à titre exceptionnel.
Dor et dĂ©jĂ , je profite de cette tribune pour saluer  l’esprit de bonne collaboration avec le GIP-PNVB et son accompagnement.
Nous avons commencĂ© nos activitĂ©s au 1er trimestre de 2016 sans budget, seulement le DAF et moi et sans statuts officiels de la structure, il Ă©tait difficile de faire fonctionner la structure. C’est ainsi que nous avons sollicitĂ© cinq volontaires nationaux  (2 agents de bureaux et 03 secrĂ©taires) pour assurer le service minimum avant l’opĂ©rationnalisation rĂ©elle du Centre. Il faut noter que les volontaires occupent certes des postes d’appui mais ils font beaucoup de travail de conception et d’accompagnement de la bonne tenue des diffĂ©rentes formations.
J’apprécie franchement l’apport des volontaires, ils se comportent bien. Je pense que la formation qu’ils ont reçue y est pour quelque chose. Sans l’accompagnement des volontaires, on ne serait pas à ce niveau.
Comme difficultĂ©s, c’est surtout le temps court de la mission des volontaires. Je  recommande d’amener les missions de volontariat Ă  au moins une annĂ©e, de songer aux formations plus pointus et adaptĂ©s aux profils spĂ©cifiques et favoriser la procĂ©dure de recrutement directe des VN si les structures le dĂ©sirent. Pour moi, il ne faut pas ĂŞtre attendre que ça se fasse naturellement comme on le pense souvent, il faut cette volontĂ© par des actions fortes.

Propos receuillis par Foulératou OUEDRAOGO

Dernière modification le lundi, 17 juillet 2017 08:35
Évaluer cet élément
(2 Votes)